Dans sa pratique, Me Timothée Bauer considère que la relation entre l’avocat et son client doit être avant tout basée sur une confiance et du respect mutuels.

Un client ne vient pas voir un avocat pour faire une procédure judiciaire, ou dans de très rares cas uniquement. Un client vient, la plupart du temps, voir un avocat pour qu’il l’aide à régler un problème – ou à atteindre un objectif qu’il s’est fixé – et qui est souvent de la plus haute importance pour lui.

Ainsi, toute relation d’affaires ou toute représentation en justice débute par un rendez-vous qui doit avant tout être une rencontre permettant une collaboration réussie en vue d’un objectif défini que le client demande à son avocat d’atteindre.

Lorsqu’il confie un mandat à son avocat, le client doit pouvoir considérer que son intérêt pour une mission donnée est désormais pris en charge par une personne compétente qui fera réellement tout ce qui est possible pour lui, à sa place.

Une procédure judiciaire représente presque toujours un coût très important, bien que souvent ce soit la solution la plus évidente que peut proposer l’avocat.

C’est pourquoi, l’avocat doit également proposer d’autres moyens d’action, que cela soit, par exemple, la négociation ou encore des actions directes du client portant sur la restructuration de son patrimoine, des changements de localisation ou sa manière d’agir de manière plus générale et pour l’avenir, basés sur les conseils de son avocat.

Il est impossible d’énumérer ici tout ce qu’un avocat peut proposer à un client pour l’aider à atteindre l’objectif qu’il s’est fixé ou l’aider à régler un problème, mais il s’agit de l’orientation privilégiée par Me Timothée Bauer, en lieu et place des procédures judiciaires.

Même lorsqu’une procédure est en cours, il ne faut jamais perdre de vue le réel objectif du client, et ne pas se limiter aux actes judiciaires : il y a souvent d’autres choses à faire – en parallèle d’une procédure – pour atteindre le but que le client poursuit.

Un avocat doit donc non seulement être efficace, mais aussi créatif pour offrir des solutions originales et sur mesure au client, dans le domaine du conseil extrajudiciaire bien sûr, mais également dans le cadre d’une procédure contentieuse.

Concernant les honoraires d’un avocat, ceux-ci dépendent impérativement, en vertu du droit cantonal genevois, des paramètres suivants (art. 34 LPAv-GE) :

  • Le temps consacré à l’affaire par l’avocat ;

  • La complexité et l’importance de l’affaire (notamment les montants en jeu pour les affaires pécuniaires) et donc la responsabilité assumée par l’avocat ;

  • Le résultat obtenu par l’avocat pour son client ;

  • La situation financière du client.

Il convient ainsi pour l’avocat de majorer ou de minorer le résultat obtenu par la multiplication du temps qu’il a consacré à l’affaire avec son tarif horaire en fonction de ces paramètres.

Le tarif horaire de Me Timothée Bauer varie de CHF 450.-/h au minimum à un tarif horaire pouvant aller jusqu’à CHF 800.-/h pour les affaires financières complexes ou lors d’interventions en urgence et/ou hors des horaires habituels (de nuit ou le week-end notamment).

La pratique veut également que l’avocat demande au client une provision, soit une somme déposée en garantie du paiement des honoraires futurs, afin notamment de permettre au client de réaliser le coût de l’intervention d’un avocat et de l’éventuelle démarche qu’il veut entamer.

Plus les honoraires prévisibles sont élevés, plus la provision devra l’être également. Il s’agit en règle générale du montant prévisible minimum des honoraires de l’avocat pour le mandat.

La question des honoraires et de la provision est discutée lors du premier rendez-vous durant lequel l’avocat pourra donner une estimation de ses honoraires à son client ainsi que le montant de la provision qui devra être versée pour permettre à l’avocat de débuter son intervention.

Lorsque le rendez-vous ne débouche pas sur un mandat et qu’il s’agit par conséquent d’une consultation unique, celle-ci sera facturée et payable sur place, à hauteur d’une heure au minimum, sauf accord particulier et conclu par avance avec Me Timothée Bauer.

Par la suite, si l’intervention de l’avocat s’annonce plus importante que prévue, un complément de provision pourra être demandé en fonction des circonstances.

Un avocat procède généralement à des facturations intermédiaires régulières, en particulier lorsque le montant des honoraires dus pour l’activité déjà déployée atteint une certaine importance.

Une facturation intermédiaire peut également être demandée par le client pour savoir où il se situe dans les frais déjà engagés à ce jour.